Notre black list d'ingrédients

Selon le principe de précaution, nous excluons de nos formules de nombreux ingrédients susceptibles de présenter un risque pour la santé humaine ou pour l’environnement, parmi lesquels :

Tous les parabènes :

Utilisés comme conservateurs, les parabènes sont de potentiels perturbateurs endocriniens (= qui dérèglent l’équilibre hormonal). Depuis 2014, certains parabènes sont interdits d’utilisation dans les cosmétiques. Par précaution, nous excluons toute cette famille de molécules de nos formules.

Silicones :

Fréquemment utilisés pour leur apport sensoriel, les silicones ne présentent aucun risque pour la santé humaine. Ils sont cependant très peu biodégradables et polluent l’environnement par écoulement dans les eaux usées. Exemples INCI : le Phenyl trimethicone ou le Cyclopentasiloxane.

Huiles minérales :

Les huiles minérales sont des corps gras inertes directement issus du pétrole. Exemples INCI : Paraffinum liquidum, Cera microcristallina, Mineral Oil, Petrolatum, etc.

Phenoxyéthanol :

Conservateur synthétique de plus en plus controversé. Il est facilement absorbé par voie cutanée et présente un potentiel irritant. Le phenoxyethanol est produit par éthoxylation (un procédé chimique très polluant) en faisant réagir du phénol et de l’oxyde d’éthylène à une température et une pression élevée.

Chlorphenesine :

Conservateur dérivé du chlore. Son procédé de fabrication est très polluant.

Les phtalates 

Agents fixateurs et plastifiants, permettant aux parfums de tenir plus longtemps ou empêchant les vernis de s’écailler, mais que l’on peut aussi retrouver dans les emballages plastiques des cosmétiques. Ils sont soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens.

Ethanolamines :

Composants à risque de former une molécule potentiellement cancérigène en présence de nitrite. Ce mécanisme est connu et contrôlé, cependant, la toxicité pour l’environnement de ces ingrédients nous poussent à les écarter de nos formulations. 

BHA/BHT :

Ingrédients synthétiques souvent utilisés en tant qu’actifs en cosmétique. Ils sont tout d’abord réputés d’un fort potentiel allergisant, de plus ils persistent longtemps dans l’organisme car difficile à éliminer. Enfin ils sont très peu biodégradables, étant tout aussi persistants dans l’environnement.

L’hydroquinone :

Ingrédient synthétique controversé et interdit en Europe

Les sulfates :

Agents nettoyants et moussants, très irritants pour la peau. Parmi les plus nocifs : le SLS (Sodium lauryl sulfate ou Sodium dodecylsulfate), l’ALS (Ammonium Lauryl /laureth Sulfate , le SLES (Sodium Laureth Sulfate ), le Sodium Myreth Sulfate Sodium Cetearyl Sulfate. Attention, sont autorisés en bio : SLS Sodium Lauryl sulfate et ALS aluminium lauryl sulfate car dérivés de la coco et huile de palme.

Libérateurs de formaldéhyde :

Conservateurs libérants progressivement de petites quantités de formol, un composant irritant et soupçonné cancérogène.

DEA/MEA/TEA :

La DiEthanolAmine (DEA), la TriEthanolAmine (TEA) et la MonoEthanolAmine (MEA) – Ils peuvent réagir avec d’autres substances et former des éléments cancérigènes. Ils peuvent provoquer des réactions allergiques, des irritations et peuvent être toxiques s’ils sont absorbés sur de longues périodes. Ils sont nocifs pour les poissons et la faune. La DEA est interdite dans les cosmétiques canadiens.

PEG ou polyéthylène glycols (Butylène-Glycol, Propylène-Glycol, etc.) :

Dérivés du pétrole, les PEG sont soupçonnés d’être cancérogènes et sont également très peu biodégradable. De plus, leur procédé de fabrication entraîne la formation d’un déchet extrêmement polluant : le dioxane.

Rétinol :

Malgré ses vertus anti-âge et anti-acnéiques, le rétinol a en effet disparu des rayons car il a la réputation de ne pas convenir à tout le monde. Son utilisation intensive peut créer rougeurs, sécheresse, gonflement, surtout chez les peaux sensibles.

EDTA :

Permet de stabiliser les formules cosmétiques dans le temps mais pollue l’environnement et en particulier les milieux aquatiques.

Toluène :

Ce solvant fait partie des composés organiques volatils. Polluant, il est également irritant pour la peau, les yeux et le système respiratoire.

Triclocarban et Triclosan :

Conservateurs néfastes pour l’environnement, en particulier pour les organismes aquatiques.

Benzophénone :

Suspectée d’être une substance cancérigène avec un risque de toxicité environnementale élevé.

Méthylisothiazolinone :

Conservateur utilisé pour remplacer les parabènes, mais qui s’avère irritant et pouvant causer de l’eczéma de contact. Son utilisation est très réglementée en Europe.

Parfums :

Amyl cinnamal, Hydroxycitronellal, Amylcinnamyl alcohol, Benzyl salicylate, Cinnamal, Hydroxyisohexyl 3-cyclohexene carboxaldehyde, Anise alcohol, Benzyl cinnamate, Butylphenyl methylpropional, Benzyl benzoate, Hexyl cinnamal, Methyl 2-octynoate a-isomethylionone, Evernia prunastri extract, Evernia furfuracea extracts

Filtres solaires :

Benzophenone-3 et 1, Ethylhexy l, Methoxycinnamate, Benzophenone, Oxybenzone

Autres conservateurs :

Methylchloroisothiazolinone, Benzisothiazolinone, Octylisothiazolinone, Formaldehyde, Quaternium-15, Diazolidinyl urea, Imidazolidinyl urea, DMDM Hydantoin, Bronopol, Methyldibromo glutaronitrile